LA BIBLE DU CRIT'

 

La langue française avait son petit Robert, il aurait été injuste que le chibreur n'ai pas lui aussi son lexique et recueil d'anecdotes savoureuses. Voici donc en exclusivité la première version de la Bible du Crit', avec l'aimable et intense participation de Tiste et de Marianne :-)

IMPORTANT : pour télécharger le PDF, faites un clic droit sur le lien puis choisissez "Enregistrer la cible du lien sous"

 

Télécharger la Bible du Crit' (version PDF) (environ 500 ko)

La Bible du Crit’

2000 - 2006

 

A usage des Criteux Lyonnais : passé, présent et futur

 

Histoire des Crit’

Retour sur neuf ans de Crit’

 

2000 : Crit’ à Lyon – 1° (ou 2°, c’est selon)

Difficile d’organiser un Crit’ à Bron alors que le Tramway est en construction… C’est pourtant l’un des défis qu’ont du relever les courageux Iepiens lyonnais en 2000. Il faut le reconnaître, ce crit’ de l’avis de beaucoup fut l’un des plus bordéliques de l’histoire : uniquement des repas froids, installations de la Doua utilisées que le dimanche… Mais pour tous ses participants cela reste un grand souvenir avec notamment un Lyonnix porté sur un trône au milieu des autres délégations… La légende veut que Lyon ait gagné le Crit’ cette année-là, de justesse devant Aix, mais que pour ne pas risquer une émeute avec les Aixois (qui auraient accusé Lyon de magouille), le comptage des points ait été revu en faveur d'Aix...

 

2001 : Crit’ à Strasbourg – 6°

En 2001, Lyon termine 6e du Crit’ de Strasbourg, en Allemagne de l'Est. C'est lors de ce Crit’ que l’on a pu entendre une des meilleures blagues de l’histoire de la compétition : en passant devant un bâtiment officiel avec drapeau français, un gars s'est exclamé : "Et voilà l'ambassade de France !". En ce qui concerne le sport, la 6e place pas terrible était en partie dû au contrecoup du Crit’ de 2000, un demi-fiasco (gouffre financier qui a plombé le budget suivant car l'IEP a dû effacer certaines dettes, et nous on devait leur mendier encore de l'argent pour aller à Stras !). Donc en 2001, peu de sous, une nouvelle équipe pour une nouvelle asso, Sciencesport à la place de l'ASSPL et des étudiants de 1ère et 2e année qui n'avait jamais vécu de Crit’ à l'extérieur (et c'est pas du tout la même ambiance)... Donc un "petit" Crit’ (seulement 95 personnes si mes souvenirs sont bons) et des équipes bricolées, mais une super ambiance entre nous, des bonnes soirées, des minis-exploits. Presque tous ceux qui étaient à Stras ont remis ça l'année suivante à Paris. Rayon anecdotes : une dizaine de personnes (menées par le fameux Toumy) sont partis en Allemagne dans la nuit, ont déposé des fleurs devant les chambres des filles; sont revenus avec des affiches de strip-teaseuses allemandes comme trophées... C'est lors de ce Crit’ qu'on a chanté ou diffusé l'hymne soviétique avant les matches (on a remis ça à Paris. Quelqu’un avait aussi arraché et ramené à Lyon un panneau indiquant la direction et le nombre de km avant Vladivostok. Depuis, ce panneau a été vendu au profit d'une œuvre caritative.

 

2002 : Crit’ à Paris – 3 ° - « Lyon, capitale des gones »

De l’avis des participants de l’époque, ce Crit’ n’a pas été forcément le plus fou de l’histoire. Les déplacements en RER avaient en effet un peu cassé l’ambiance. C’est par contre l’édition qui a coûté le plus cher. Fort d’un budget énorme, les noir et jaunes étaient allés jusqu’à loué le hall de la Villette, une piscine parisienne et surtout le stade Charléty pour une finale de rugby disputée devant une centaine de personnes. Cette année là, Lyon termine troisième. C’est le début d’une période de podiums qui s’achèvera à Rennes en 2005. En tout cas, l'ambiance lyonnaise était extra, lors de la dernière soirée tout le monde dansait; et la 3e place était une très bonne surprise (on s'attendait à être 4e  ou 5e). Il y avait peu de mercenaires, quelques anciens notamment dans l'équipe de basket qui ont perdu en finale de justesse, le dernier soir, après une super remonté et dans une ambiance de folie côté lyonnais.  De beaux héros malheureux qui avaient gagné en 2000, perdu en finale en 2001 et rêvaient de revanche; un peu comme les vieux bleus de 2006...

 

2003 : Crit’ à Lille – 2° - « Lyon ne perd pas le Nord »

Un Crit’ très bien organisé et très très fun. Il faut dire que les Lillois avaient à leur disposition des terrains impeccables (dont la halle des sports de Lille), un Ru ignoble mais du coup assez original et surtout des bénévoles super sympa… On retiendra notamment une soirée danse pendant laquelle toutes les délégations ont envahit le terrain à l’issu de la compétition dans un esprit très convivial. Les Lillois n’auraient pas tenu la soirée pompom dans un hangar et c’était alors le sans faute en terme d’organisation.

Côté lyonnais ce Crit’ aura été une grosse réussite : plus de 200 participants, l’apparition de la fanfare (qui à l’époque ne s’appelait pas encore Fanfaraon), une ambiance assurée dans les bus grâce à la K7 d’Antoine Dulin, des repas dans le flunch « le plus fun de France », la première participation d’une promo 2006 très criteuse (JC, Kamarad, Samy, Denis, Yvonnick, les Basketteurs…) et surtout… une brillante seconde place ! Sans doute l’une des plus grosses satisfactions de l’histoire de l’asso avec notamment la victoire d’une équipe de handball féminin pourtant constituée dans les bus de l’aller. Malgré tout, une performance qui laisse quelques regrets puisqu’avec simplement une demi finale supplémentaire (par exemple en foot masculin…) Lyon aurait été couronné pour la première fois (officielle) de son histoire. Rageant !

 

2004 : Crit’ à Bordeaux – 3° - « Lyon, pour rougir de plaisir »

Sur la dynamique de 2002, les lyonnais repartent à Bordeaux surmotivés pour un Crit’ se déroulant sur l’immense campus bordelais. Très bien organisée, cette édition  restera elle aussi dans les annales. Profitant de leur statuts d’hôtes, les Girondins se placent deuxième mais Lyon reste sur le podium alors que Paris s’avère complètement imbattable (quelle équipe de rugby !). Temps fort de cette édition,  la soirée bar pendant laquelle le fougueux Kamarade se promènera en Lyonnix toute la nuit. La journée du dimanche avait  elle été délocalisée sur un centre sportif magnifique. Un lieu qui sourira aux équipes de basket, de hand et de volley féminines lyonnaises qui s’imposeront toutes les trois avec panache. On gardera aussi en mémoire une soirée de clôture magnifique, dans sans doute la plus belle boîte de l’histoire du Crit’ : Le Rikiki Palace.

 

2005 : Crit’ à Rennes – 6° - « Lyon entre dans la Rennes »

Sûrement le plus long déplacement qu’il soit donné de faire pour un Crit’ en partant de Lyon. Cette édition donnera d’ailleurs lieu au plus gros déficit de l’histoire de l’asso et à quelques remontrances de la part la direction de l’IEP. Une participation un peu en deçà côté lyonnais mais qui sera compensée par une excellente ambiance. On retiendra notamment les finales perdues du volley masculin et du rugby féminin. Dommage que ce Crit’, organisé sous le signe de la bonne humeur rennaise et sous un soleil magnifique ait été gâché par une tricherie généralisée et un comportement exécrable des Bordelais. Des attitudes qu’il leur coûteront d’ailleurs le Crit’ puisqu’ils seront rétrogradés de la première à la deuxième place sur décision des 8 autres IEP. Triste soirée de clôture !

 

2006 : Crit’ à Aix – 7° - « Lyon roi de la Bouillab’Aix »

De mémoire de criteux, le Crit’ le mieux organisé au niveau de Lyon. Si l’on excepte les chauffeurs, stéphanois certes, arrivés avec une heure de retard à Jean Macé et les problèmes avec la boîte qui a réalisé les tee-shirts et les polos... Tout le reste (cars, hôtels, équipes, budget) fut minutieusement préparé par une team Sciencesport au top. On pourrait regretter la 7ème place au classement final, mais l’ambiance était plus qu’au rendez-vous. Avant, avec la confection des drapeaux en salle Michel Seurat et les répétitions des pompoms (en mini-jupes !) dans l’atrium. Le dernier soir, lors de la désormais mythique session « Allez le bar » menée par l’héroïque Thierry Kawka. Certaines disciplines se sont démarquées : une deuxième place en judo, une troisième marche en escalade, une demi-finale volée en badminton,  une quatrième place en athlé (oui vous avez bien lu !), une équipe de basket féminin qui sort Paris en demi finale et dispute une très belle finale contre Aix alors que les hommes mettent le feu à chacun de leur match. Enfin, ce Crit’ révèlera le  GPRC (avec le deuxième essai de l’histoire du rugby lyonnais) et les pompoms (avec une 4ème place remarquée).

 

Abécédaire

L’histoire du Crit’ en quelques mots clés

 

Aixois
Mélange pas subtil du tout entre Fabrizio Ravanelli, Clara Morgane et Patrick Bosso, l’Aixois est à la décadence ce que l’anis est au 51. Rendus célèbres lors du dernier Crit’ à Lyon pour avoir intégralement repeint d’excréments les couloirs de leur hôtel sous l’œil affectueux de certains de leurs profs, ils semblent avoir abandonné les exploits scatologiques ces dernières années, au grand regret de personne. Ils n’en restent pas moins les héritiers modernes des orgies romaines, autant pour les pratiques éthyliques que sexuelles. On comprend mieux pourquoi leur mascotte est une poupée gonflable, même si tout ce qu’il manque à l’aixoise moyenne pour jouer ce rôle est une valve de gonflage …

Allez le bar !
Phrase mythique entonnée lors de la dernière soirée du Crit’ 2006 à Aix par Thierry Kawka. Ce dernier aura ainsi réussi le tour de force de passer au stade de légende criteuse en seulement une participation. Sans doute émoussé par une belle troisième place avec l’équipe d’escalade la veille, le Stéphanois va littéralement retourner la soirée de clôture en ralliant toute la délégation lyonnaise devant le bar de la boîte. Imaginez 100 criteux qui pendant deux heures montre en main scandent « allez le bar » pour finalement se faire offrir 5 bouteilles de mousseux… Un exploit qui vaudra cet hommage d’un ami grenoblois : « Vous êtes pas les meilleurs sur les terrains mais vous êtes certainement les plus cons ! » Par chance, une vidéo a immortalisé l’événement.

Baby-Foot
Sport proposé par les Lillois lors de leur Crit’ en 2003. Jusque là rien de bien choquant puisque bière et baby ont toujours fait bon ménage. Là où l’anecdote devient légendaire c’est que l’équipe lyonnaise avait à l’époque déclaré forfait sur cette discipline, ne trouvant pas de compétiteurs en état de participer à la compétition. Peut être qu’il aurait fallu faire passer toute la délégation sous le baby….

Bâche
Sublime réalisation concoctée par Elisabeth pour le Crit’ à Bordeaux. La bâche prenait toute la largeur des tribunes et on pouvait y lire un mythique « On peut battre 1000 fois un parisien mais pas 1 fois 1000 Lyonnais ».
Beauf
Accusation souvent portée à l’encontre des membres de Sciencesport, de la fanfare et plus généralement des Criteux. Message à destination de nos détracteurs : les membres de l’asso ont une conscience politique, ils savent justent la mettre de temps en temps de côté pour travailler ensemble sans se prendre la tête et vivre de bons moments. Meilleur exemple, le Crit’ 2006 disputé sans problèmes pendant les événements sur le CPE. A bon entendeur !

Bière
Boisson légèrement alcoolisée consommée avec excès par la population Nordiste. La preuve les rouge et blanc ramènent chaque année un chiffre ahurissant de canettes (près de 2000), toutes financées par leur BDS. Le pire c’est qu’il ne leur en reste plus le dimanche…

Bus
Malgré l’étude de solutions ferroviaires, le Bus a pour l’instant toujours été utilisé pour les déplacements Criteux. A ce titre, le déplacement à Bordeaux restera comme l’un des plus festifs avec une transformation du Ri-CAR-d en boîte de nuit mobile et la pratique de SLAM sauvage dans le Monte-CAR-le. Joueurs, les chauffeurs s’étaient également livrés à une course poursuite (jte double, tu me double) lors du trajet aller. Enorme !
Mais parfois, la grosse ambiance n’est pas du goût des chauffeurs. Ainsi pour le voyage à Lille, après seulement deux heures de route, un des chauffeurs s’arrête sur une aire d’autoroute et menace de rentrer à Lyon si les Criteux ne retrouvent pas un peu de leur calme.

Captain’
Boîte belge mythique de la soirée de clôture du Crit’ Lillois. Un lieu immense, la fête durera jusqu’à 7 heures du mat’ même si certains, trop fatigués s’endormiront lamentablement sur les banquettes !

C’est Crit’ ou quoi ?
Expression légendaire, transmise à Lyon de Crit’ en Crit’ pour célébrer chaque instant de l’événement sportif annuel : « C’est Crit’ ou quoi ? »

Chauffeurs de la SRT
Depuis 2004, les lyonnais utilisent les services d’une compagnie stéphanoise dans leur déplacement. D’où la rencontre avec un personnel sympathique, à l’accent fort et surtout à la repartie extraordinaire. On peut citer ici cette perle proclamée par un chauffeur du Forez lors d’une manœuvre nocturne en 2006 : « Jvais pas t’y faire une marche arrière sinon jvais t’y bousiller le bazar ! ». Ou encore, toujours en 2006, en vrac : « Et dire que j’ai même pas une carte… », « Putain j’en ai marre de ce boulot de merde, c’est décidé j’arrête !... », « P’tet qui bosse lui mais moi, y croit que j’me masturbe ?? » ou encore une blague avec un autre chauffeur : « Ah ouais, la Gay Pride ça te connaît, tu m’diras ce que ça fait de s’en prendre une dans le cul ! » (spéciale dédicace à Patrick). Concernant le dénommé Gilles : « Non de Dieu de bordel de merde, qu’est-ce qu’on lui a fait pour se taper des cons pareils ! ». Cela se passe de commentaires, c’est de l’info brute.

Chibre :
n.m, du gaulois Kibros ; 1. Sens de l’honneur et du sacrifice pour sa famille, son clan, son peuple, ex : « Oh les gars, on va se les chibrer sec ces Strasbourgeois, bordel ! ». 2. Goût de l’effort et du dépassement de soi, ex : « Tu vois ces douze cannettes, eh ben je te parie que je peux toutes me les chibrer en moins de deux minutes, hé hé ! ». 3. Instinct primaire de la conquête, ex : « ‘Tain, me chibrerais bien une petite aixoise moi … ». ).

Clit
C’est le futur petit frère du Crit’. Pendant plusieurs années, les membres de Sciencesport ont évoqué  l’idée d’organiser un mini-Crit’ avec Grenoble, histoire de profiter de la faible distance qui sépare les deux IEP (115km), mais rien de concret n’avais jamais été mis en place… Jusqu’au jour où une bande de rugbymen (le GPRC pour ne pas la citer) a décidé, pour s’extirper de sa médiocrité habituelle, de se confronter à l’équipe de rugby du voisin. Rencontre prévu début 2007. Sciencesport envisage de reprendre  le concept et l’élargir à tous les sports collectifs dès 2008, histoire de fêter dignement le soixantenaire de nos deux IEP. Et pourquoi pas en faire un grand rendez-vous annuel Rhôno-isérois !

Crêpes
Moyen principal de financement de l’asso après les subventions arrachées difficilement à Gilles Pollet. Record à battre en octobre 2005 avec 130 euros amassés en une seule journée de vente de crêpes.

Cross
Seconde discipline après le rugby masculin dans laquelle les Lyonnais sont désespérément mauvais. Il faut dire que chaque année la course est trustée par les Aixois avec une domination écœurante. Le pastis ferait il courir plus vite ?

David le magicien
En 2003 à Lille, les repas du soir le samedi et du dimanche se déroulaient en plein centre ville : au Flunch. Le samedi soir, la direction du restaurant avait eu la brillante idée d’organiser un spectacle proposé par « David le magicien ». L’opération était d’ailleurs annoncée par de petites affichettes avec ce slogan de la mort « Lille, le flunch le plus fun de France ».
Imaginez un peu la scène… un magicien affrontant une troupe de Criteux avinés. Autant dire que le garçon, qui n’avait pas le charisme d’un Sylvain Mirrouf eu les pires difficultés pour garder un peu de sang froid. Le plus grand moment restant l’instant où le prénommé David fit disparaître une bague puis demanda où elle pouvait bien être passé… Réponse unanime des Criteux : « Dans ton cul !! ». On l’avait prévenu ! Notons aussi le courage d’Yvonnick qui déroba une affiche du flunch devant les yeux d’un agent de sécu consterné. Sacré culot.

Drapeaux
Le nerf de la guerre au Crit’ c’est évidemment les drapeaux et autres étandards qu’il est de bon ton de voler à l’adversaire. Lyon a longtemps été le spécialiste de l’exercice avec la constitution de véritables commandos qui ont gagné leur réputation en volant l’immense bâche noire et jaune parisienne.
Concernant nos propres drapeaux, nous sommes souvent les mieux représentés. Mais suite aux remontrances de la mairie de Lyon qui retrouvait en avril qu’un seul drapeau sur les 10 prêtés à l’asso pour le Crit’, Sciencesport se passe désormais des services municipaux et confectionne ses propres calicots. C’est d’ailleurs l’un des top départs du Crit’, lorsqu’à partir de début mars la salle Michel Seurat est envahie de machines à coudre.
A noter qu’en 2004, trois membres de l’asso (Djé, Thibo et Maurice) se sont retrouvés au commissariat en raison d’une tentative de vols de drapeaux sur le toit de l’Office du Tourisme, place Bellecour. Et ce à deux jours du Crit’ ! Heureusement le trio a été libéré à temps et a pu prendre la route pour Bordeaux.

Droit
Notion inconnue. Le Crit’ est une zone de non-droit. C’est dit.

Etudiant Etranger
Ne nous voilons pas la face, les titres glanés en finale par Lyon ces dernières années l’ont souvent été grâce à l’apport étudiants étrangers ayant eu la bonne idée de venir passer un semestre de mobilité à l’IEP. Les renforts venus de la prestigieuse UCLA ont ainsi souvent été décisifs et valu quelques belles tôles lors d’un tournoi multi sport en 2004 à Bron.

Fanfare
Avant de voler de ses propres ailes, la fanfare était dans un premier temps rattaché à Sciencesport afin d’apporter ce petit plus qui fait désormais la légende de Lyon au Crit’. Sa première apparition remonte à un Crit’ Lillois lors duquel elle écoeurera une batucada strasbourgeoise réduite depuis à quelques éléments et une fanfare grenobloise bien trop sage. Depuis la tradition demeure. Lyon 1 – Reste de la France 0

Football
L’énigme lyonnaise. Alors que la quasi-totalité de l’asso s’est toujours passionnée pour le ballon rond, que de nombreuses réunions de l’asso se sont faites devant des matchs de la Champions league, que l’OL truste les titres de champions de France, notre IEP a toujours été mauvais au Crit’ dans cette discipline. Hormis une finale lors du premier Crit en 1987, notre équipe ne dépasse quasiment jamais le stade du premier tour. Heureusement les féminines ont parfois été plus performantes, se hissant même en demi-finale.

Galette-saucisse
Aliment de base des Rennais qui a inspiré la chanson « galette-saucisse je t’aime ». Composé de galette… et de saucisse. N’est pas une potion magique pour autant puisque les Rennais finissent souvent dernier.

Gorge (mal de)
Rien d’étonnant à revenir aphone du crit'. La voix commence à faiblir dès le deuxième jour. D’où la nécessité de faire des provisions de miel au petit déjeuner de l’hôtel. Surtout ne pas prendre un exposé dans la semaine qui suit au risque de le faire avec la voix de Garou.

GPRC
Initiales de Grosses Putes Rugby Club, rebaptisé Gônes Partisans du Rugby Champagne ou encore Groupuscule Pratiquant le Rugby en Cagoule. Créé par un groupe de 1ère année en 2006 pour développer la passion de l’ovalie à l’IEP Lyon, son nom provient du fait qu’il est spécialisé dans les « coups de putes », seul moyen de gagner face aux autres équipes expérimentées du Crit. Le GPRC s’est fait remarquer lors du Crit à Aix d’une part en inscrivant le deuxième essai de toute l’histoire rugbystique de Lyon, d’autre part en protestant vivement contre le fait que le rugby soit le seul sport collectif de l’IEP Lyon n’ayant pas de maillots. Cela s’est manifesté par un envahissement du terrain lors d’un temps mort d’une finale de basket féminin, ainsi que par de régulières velléités d’autonomie vis-à-vis de Sciencesport (toujours d’actualité). Ce groupe existe toujours et compte bien faire encore parler de lui. A voir sur http://gprc.asso.online.fr .

Grenoble
Longtemps, Grenoblois et Lyonnais s’entendaient cordialement : les Isérois représentaient la région Rhône-Alpes dans le tournoi de rugby masculin et la capitale des Gaules dans toutes les autres disciplines. Désormais, la balance semble s’inverser au détriment de Lyon. Qu’importe, les bonnes relations entre les deux BDS (Bureau des sports) sont toujours au beau fixe et le projet d’une rencontre amicale annuelle entre les deux IEP est sur de bons rails !

Hôtels
A chaque Crit’ c’est la même histoire, on pense pouvoir se reposer tranquillement à l’hôtel mais entre le bordel dans les couloirs et l’attente pour les douches, les nuits sont souvent bien courtes. Entre les engueulades avec les clients normaux de l’hôtel, les dérobades en tous genres et les petits déjeuners animés, on pourrait en écrire 10 pages ! On retiendra quand même le démoquettage d’un formule 1 à Lyon en 2000 par des Aixois défoncés. Ces derniers conservant à tout jamais un prix d’honneur pour avoir réussit à dérober un « F » de l’enseigne d’un Formule 1, « F » qui trône depuis dans leur BDS. Bien joué.

Josie
Mascotte de la délégation strasbourgeoise, elle est chaque année la cible préférée des crocs lyonnais. En effet, ramener un maximum de Josie est devenu une féroce compétition dans les rangs des Rouge et Bleus !

Jean Macé
Départ et retour rituels du Crit’ C’est le début de l’échauffement, souvent au milieu de la nuit, sous les abribus en attendant les cars. C’est la fin du Crit’, des trois jours de chibre, de la cuite perpétuelle.

K7 d’Antoine Dulin
On aurait presque pu ajouter Antoine Dulin dans le « Sciencesport Allstars » bien qu’il n’ait jamais fait parti de l’asso. On doit en tout cas rendre hommage à sa motivation sans égale pour mettre le bazar pendant le Crit’. Issu de la promo 2005, le garçon aura marqué une génération de Criteux pour ses exploits diverses : un poste CD diffusant le tube « Bailando » de  Paradisio dans le métro de Lille, un panneau d’arrêt de bus bordelais « IEP » dérobé en 2004 et plus généralement une incroyable capacité à réveiller un bus. Témoin de ce passé glorieux, la K7 d’Antoine Dulin qui depuis le Crit’ Lillois est diffusé chaque année dans au moins un bus lyonnais. Au programme de la bande son : « le Jerk » et surtout une version live de « Life is live ».

L’Equipe
Lecture privilégiée des membres de l’asso en amphi et ce bien loin devant « le Monde », « Les Echos » ou le « Courrier international ».

Lillois
« Qui n'parle pas comme çô n'est pas lillôis ! » Super balaises au niveau du fair-play, un groupe de supporters du tonnerre et surtout, une gaieté à toute épreuve, les Lillois sont les champions de l’ambiance... jusqu’à ce que Lyon les dépasse. Signe distinctifs : ils sont rouges !

Lubrifiant
Le slogan le plus répandu contre notre délégation étant « une seule solution, sodomiser Lyon », les pompoms 2006, tout en finesse, ont lancé la réponse « on vous attend, avec du lubrifiant ».

Lyonnix
Symbole de l’association, Lyonnix était tout d’abord une peluche, qui après des attaques strasbourgeoises et malgré le rajout d’une queue volée au marsupilami de Grenoble fut  remplacée en 2004 par un beau costume de Lyon. Endossé par quelques grandes figures lyonnaises (Kamarade, Thibault, Pierre Yves, Jacquo…) l’objet n’a pas non plus été épargné et nécessite chaque année en février une petit séance de couture. L’image du kidnapping du porcin Toulousain par Lyonnix à Bordeaux lors de la finale du basket féminin restera en tout cas dans toutes les mémoires…

Mercurochrome (Challenge)
Challenge officieux du Crit’ qui consiste à maximiser son nombre de blessés. A ce petit jeu les lyonnais ont souvent fait pâle figure hormis lors d’un Crit’ à Rennes particulièrement fourni en blessés.

Matthieu Stolz
Premier marqueur de l’histoire du rugby Lyonnais lors d’un match en…. 2003 à Lille, soit lors du la 17° édition du Crit’. A noter que le club avait déjà gagné un match, sur une transformation quelques années auparavant. Fêté comme un héros, le garçon fait depuis l’adoration des membres du GPRC.

Maillots
Pendant longtemps les sportifs lyonnais étaient reconnaissables au Crit’ à une caractéristique singulière : ils n’avaient pas de véritables maillots distinctifs. Les matchs se jouaient donc en T-shirt pourris de la ville de Lyon, avec les couleurs vertes de Lyon 2 ou dans d’autres équipements comme de honteux maillots de rugby jaune et noir à Lille.  Mais depuis 2006 cette carence est oubliée grâce à de très belles tuniques bleu et rouge pour l’ensemble des équipes, sauf celles de rugby qui après une campagne de plaintes devrait être équipé pour le Crit’ à Grenoble.

Mégaphone
Instrument indispensable depuis le Crit’ 2006 où il fut utilisé pour retourner un RU et une navette. Un air connu repris par tous les Lyonnais, en boucle, il y a de quoi faire du bruit.

Mercenaire
« Mercenaire, barre-toi ! T’as pas d’certificat ! » Une phrase classique du Crit’ susceptible d’être lancée en direction de n’importe quelle délégation…sauf les Lyonnais qui refusent par principe d’emmener un mercenaire ou un affilié au Crit’. La France est exemplaire en matière de lutte contre le dopage, Lyon l’est en matière de lutte contre les mercenaires ! Une pratique qui tend cependant à diminuer, jusqu’à, bientôt on l’espère, la disparition !

Natation
Grand pourvoyeur de points dans l’ancien règlement du Crit’ (modifié en 2006), la Natation a souvent été un sport roi pour Lyon. Ainsi à Lille en 2003, une nageuse canadienne surnommée « la baleine » surprend son monde et s’impose dans un maximum de catégories.

Neige
Souvenir du voyage aller du Crit’ 2004 à Bordeaux. Lors du passage de la délégation lyonnaise sur une aire de péage près de Clermont-ferrand, les Criteux découvrent que le sol est recouvert de neige. S’en suit alors une bataille de boule de neige en plein milieu de nuit. Mémorable.

Palmarès
Nous, on vient pas au Crit (uniquement) pour gagner. N’empêche que si on peut s’amuser tout en jouant le haut du tableau, forcément c’est mieux. Et là, y’a des hauts et des bas. Pour l’instant on est en bas. Tant pis, on s’amuse et c’est le principal !
--> 2006 (Aix) : 7ème
--> 2005 (Rennes): 6ème
--> 2004 (Bordeaux) : 3ème
--> 2003 (Lille) : 2ème
--> 2002 (Paris) : 3ème
--> 2001 (Strasbourg) : 6ème
--> 2000 (Lyon) : 1er (ou 2ème, c’est selon)

Parisien
Se dit d'un membre d'une délégation criteuse mystérieuse car dotée de pouvoirs spéciaux lui permettant d'être à la fois la plus nombreuse en terme d'inscriptions et la moins visible dans les tribunes et les soirées. De nombreux spécialistes plancheraient pour trouver une explication à ce curieux phénomène.

Pétanque
Et oui, ce sport est aussi représenté au Crit’. Nécessite des heures d’entraînement, surtout pour viser après quatre ou cinq pastis en plein soleil. A ne pas confondre avec la boule lyonnaise.

Pom-pom
Longtemps, les pom-pom lyonnaises ont été un peu délaissées par l’asso et Lyon occupait à chaque Crit’ les profondeurs du classement. La faute à quelques incohérences comme ces deux troupes (les pom-pom et les poum-poum) alignés au Crit’ à Paris. Mais depuis quelques années et notamment sous l’impulsion de la passionnée capitaine Marianne, les pom-pom lyonnaises sont désormais dans le peloton de tête. Malgré un classement volé à Aix.

Province
« Province Unie, tous contre Paris » a été pendant longtemps le slogan des dimanche du Crit’ qui voyaient s’opposer dans quasiment toutes les finales des équipes de la capitale à des équipes d’IEP diverses. Depuis le retour en grâce des Bordelais et surtout des Aixois en 2006, l’unité est nettement moins de rigueur. Lyon s’allie désormais plus facilement avec les petits : Rennes, Lille, Toulouse et bien sûr nos voisin Grenoblois.

Rahan
Rugbyman parisien légendaire, sosie du personnage de dessin animé du même nom.

RU
En six ans de Crit’, les différentes délégations lyonnaises auront fait la connaissance de nombreux Restaurant Universitaire. Pour le meilleur (Aix en Provence) et pour le pire (Lille : mais qu’est ce que c’est que cette sauce jaunâtre sur mes frites ?). En tout cas, chaque année le RU est le cadre de scènes ridicules mais au combien plaisantes : concours de montrage de fesse, haka, bataille de pain…

Stroh
Alcool à 80°, initialement conçue pour l'anesthésie des chevaux de traie mais consommée avec zèle par la population alsacienne. A noter qu’on dit le stroh et non pas la stroh.

Serviettes
« Et on fait tourner les serviettes, Allez, Allez ! ». C’est presque devenu un hymne de la délégation lyonnaise dès son apparition dans les tribunes du stade d’Aix en 2006, alors que l’équipe des anciens d’Aix et une équipe marseillaise s’affrontaient en football, sous les yeux bienveillants de Marcel Desailly. Pas de doute, le spectacle était du côté des tribunes ! Nota : se décline aussi en « Et on fait tourner les poms poms, allez allez ! » et autres détournements du même style.

Strasbourg
Mais d’où vient cette gentille hostilité entre Lyon et Strasbourg ? Selon la légende, elle serait un né un soir de Crit’ à Toulouse lorsqu’une cinquantaine de Lyonnais s’étaient trouvés nez à nez place du Capitole avec une cinquantaine de Strasbourgeois. Le tout à une heure avancée de la nuit… Depuis, les deux équipes se chambrent cordialement, les uns vantant leur stroh, les autres leur beaujolais. Même si au jeu du piquage de mascottes, Lyonnix se défend bien mieux que la Josie strasbourgeoise.

Steaua Lyon
Apparu en 2004 à Bordeaux, le challenge Karl Marx oppose chaque année les équipes 2 de football de Grenoble et de Bordeaux, respectivement le Lokomotiv et le Torpedo. Sur invitation de ces deux IEP, Lyon devait rejoindre à Aix ce tournoi informel qui n’a finalement pas eu lieu. Espérons qu’à Grenoble le Steaua Lyon sera de la partie. Un nom choisi en hommage au Steaua Bucarest (Etoile de Bucarest) ayant quasiment le même logo que Sciencesport.

Tee-shirt
Rappelle une mésaventure de Sciencesport pour le Crit’ 2006, ayant choisi une entreprise parisienne (Impress’com pour ne pas la citer, à surtout ne jamais reprendre), dont les prix défiaient toute concurrence, pour concocter de beaux tee-shirts aux Criteux lyonnais. Hélas ! Il manquait des tee-shirts et ceux envoyés étaient d’une qualité pourrie (cf. la feuille de transparent restée collée…). Il a fallu faire un constat d’huissier, faire opposition sur le chèque, etc… Nota : ne pas oublier de faire une pub de merde à Impress’com auprès des autres IEP.

Volley Féminin
Le sport roi à Lyon sur la dernière décennie, sans qu’on puisse véritablement trouver une explication à cette suprématie. En 2004 à Bordeaux, l’équipe lyonnaise remporte le titre pour la 5° fois consécutive ! Depuis les performances ont été plus modestes.

 

Sciencesport All stars

Quelques piliers de la saga Sciencesport

 

Djé (2001-2004)
Vice prez, responsable des sports, coach de l’équipe de football féminin... Longue est la liste des fonctions occupées par le désormais jeune fonctionnaire Djé. Pour mémoire, il est également le responsable du montrage de postérieurs de  plusieurs criteux dans le grand amphi sur le film du Crit’ 2004. Monsieur n’ayant pas voulu montrer son propre postérieur lors de la réunion de préparation du Crit’ en Novembre, il avait promis une exhibition collective. Pari relevé.

Hélène (2001-2004)
Présidente lors des Crit’ 2003 et 2004 le belle Hélène n’a pas compté son temps pour l’asso. A noter aussi un passage par les pom-pom girl. Une Criteuse complète en quelque sorte.

Kamarade (2002-2006)
Grande figure du Crit’ Lyonnais Kamarade alias Mathieu a occupé à peut près tous les postes imaginables au sein de Sciencesport. Simple Criteux, capitaine de l’équipe de pétanque, secrétaire de l’asso, responsable de la commission transports, membre de l’équipe de foot et surtout président en 2006 pour un Crit’ Aixois qui aura été un des premiers non déficitaire pour l’assoc. 4 Crit’ à son actif. Chapeau bas !

Thibault (2001-2005)
Préz de l’asso lors du Crit’ à Rennes, ce passionné d’histoire et d’ovalie (comme quoi rien n’est incompatible) a longtemps crû devoir hypothéqué sa famille pour rembourser la dette de Sciencesport en 2005. Depuis les comptes équilibrés de 2006, il ne craint plus pour son avenir. Signalons aussi sa détermination sans faille dans l’équipe de Rugby.

Toumy (1997-2003)
La légende du Crit’ made in Lyon. Figurez vous que le garçon a réalisé le tour de France des Crit’, aidé en cela par un redoublement et un passage par le CPAG. Une telle opiniâtreté mériterait que son portait soit encadré dans les locaux étudiants. Autre fait d’arme, Toumy a organisé quasiment à lui tout seul le Crit’ 2000 à Lyon  (cf. l’historique)

Tiste (2002-2006)
Baptiste selon l’état civil, c’est une légende vivante du Crit’ ! Membre fondateur de la célèbre Fanfaraon, talentueux vice-Président du Crit’ Aix and Sun 2006, les quatre Crit’ qu’il a pleinement vécu lui permettent de sortir immanquablement une anecdote criteuse jusque là inconnue à n’importe quelle occasion…et c’est un régal ! C’est d’ailleurs pour cela qu’il est le principal contributeur de cette première version de la Bible du Crit’. Allez, il valait bien un article en son honneur car… « C’est Crit’ ou quoi ?? ». D’ores et déjà nommé « responsable Anciens » pour le Crit’ 2009 !